Paul Okon :"J'ai commencé ma carrière au Standard de Liège dans une ambiance électrique, je ne l'oublierai jamais"

Le 01 11 2019 à 19h56

Dans une interview exclusive, Paul Okon revient sur sa carrière et le match entre le FC Bruges - Standard de Liège

Paul Okon a marqué l’histoire du football belge en devenant le premier soulier d’or hors union européenne en 1995 après aussi avoir pris part à la grande Lazio de la fin des années 90 et connu la dernière grande période de Leeds United. En exclusivité pour Leero Sport News, il a répondu à nos questions dans le Leero Sport Show chaque lundi soir à 19h30


Bonjour Paul, comment arrivez-vous à Bruges ? 

En fait, je viens grâce à Frank Farina, un joueur australien qui jouait à Bruges à ce moment. Il m’a recommandé au club et des émissaires de Bruges sont venus me voir jouer, il faut croire qu’ils ont été convaincus. C’est comme cela que je suis arrivé. 


Frank Farina m’a recommandé à Bruges et ça s’est fait ainsi 


Continuez-vous de suivre la Jupiler Pro League ? 

Oui, je continue à suivre la Jupiler Pro League et d’ailleurs, j’y reviens une fois par an. J’y étais il y a peu pour suivre notamment le match face à Paris. D’ailleurs, j’ai vu que vous aviez interviewé Georges Leekens qui est un monument à Bruges. Je n’ai pas eu la chance de l’avoir comme coach, mais j’ai entendu plein de belles histoires à son propos. 


Georges Leekens est un monument à Bruges, je n’ai pas eu la chance de l’avoir comme coach


Vous retournez à Oostende à la fin de votre carrière, pourquoi ? 

J’ai adoré retourner en Belgique parce que c’est là que tout a commencé pour moi. J’ai eu la chance d’apprendre et d’intégrer le jeu à l’européenne et force est de constater que ça a plu puisque j’atterri ensuite en Italie qui était à l’époque, le meilleur championnat du monde. Je garde de bons souvenirs des passages à Bruges et Oostende car les gens m’ont accueilli comme l’un des leurs et mon premier fils est né en Belgique. 


C’est à Bruges que j’ai pu apprendre le jeu à l’européenne, je n’en garde que des bons souvenirs


La semaine dernière, c’était Bruges-Standard. Quels souvenirs en gardez-vous ? 

C’est marrant que tu viennes me demander ce que je pense du match entre Bruges et le Standard de Liège car j’ai commencé ma carrière avec Bruges, justement à Sclessin. Je me souviens très bien de cette atmosphère électrique et c’était un déplacement difficile où les fans ne lâchent rien du début à la fin, ils essaient de vous faire sortir de votre match à chaque instant. Justement, je me souviens d’un Australien, John Aloisi, qui jouait avec le Standard et c’est vrai qu’au début des années 90, ils avaient une sacrée équipe.


J’ai commencé ma carrière à Sclessin avec Bruges dans une ambiance électrique où les fans veulent te faire sortir du match 


Vous remportez le soulier d’or 1995, le titre individuel le plus prestigieux en Belgique…

C’était l’un de mes meilleurs moments de ma carrière, j’étais le premier non européen à recevoir ce prix donc c’était une grande fierté. C’était une reconnaissance de ce que j’ai accompli en Belgique. 


Le soulier d’or 1995 est l’un des grands moments de ma carrière


Vous rejoignez Leeds dans une période faste. Pourriez-vous revenir sur cette période ? 

Leeds est un club important en Angleterre qui a surtout marqué la fin des années 60, début 70. Ça a toujours été un rêve de jouer en Angleterre parce qu’on regardait que ce championnat en Australie. C’était très particulier pour moi en effet. `


Olivier Dacourt jouait là-bas aussi…

Olivier était un joueur fantastique. Je ne garde que des bons souvenirs. Pour moi, c’était un top player et je peux même dire que nous avions créé des liens d’amitiés. 


Olivier Dacourt est un joueur fantastique, un top player 


Que pensez-vous de la sélection australienne en ce moment ? 

En ce moment, nous n’avons pas beaucoup de joueurs évoluant en Europe. C’est dur pour notre équipe nationale, mais l’important est de se qualifier pour la Coupe du monde et j’espère qu’ils iront au bout de ce challenge. 


J’espère que notre équipe nationale saura se qualifier pour la prochaine coupe du monde


Quelles sont vos activités en ce moment ? 

En ce moment, je suis énormément à la télévision et puis je suis le père de quatre enfants donc on peut dire que je suis un homme très occupé. Même si je reviens tous les ans pour revoir des connaissances et puis j’adore la Belgique et toujours impatient de la retrouver. 


Merci Paul 


  • 554 vues
  • 0 commentaires

L'auteur

Jean-Aurel Chazeau

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

@J_AurelChz | jeanaurelchazeau.com

Voir les articles