Blocker notice

Mika Lehkuoso : « Joao Klauss privilégie des combinaisons avec ses coéquipiers »

Le 17 02 2021 à 19h41

Retour sur les débuts européens fracassants de Joao Klauss, attaquant du Standard de Liège.

Mika Lehkuoso est l’un des artisans de la professionnalisation du Helsinki JK. Il y a formé et fait éclore de nombreux joueurs comme Joao Klauss, l’attaquant du Standard de Liège et Alfredo Morelos, ardemment suivi par les Girondins. 

Pour Leero Sport News, il répond à nos questions. 



Grâce à votre expérience en tant qu’entraineur, pouvez-vous me parler de Alfredo Morelos qui a encore marqué en première division écossaise, et me dire ce qui vous séduit chez lui ?


Alfredo est arrivé à Helsinki à ses 19 ou 20 ans. Il venait directement de Colombie et on peut dire que c’était un réel choc des cultures. Il est arrivé au mercato d’hiver donc il faisait environ -10 degrés en Finlande ce qui est normal ici mais lui m’avait dit que c’était la première fois qu’il affrontait des températures négatives. Pour parler plus du joueur qu’il est, je dirais que c’est un joueur qui aime jouer les duels. Il est très physique, c’est très difficile de lui prendre la balle. Il aime jouer de manière agressive en pressant la ligne défensive très haut sur le terrain et c’est aussi un joueur très intelligent qui trouve toujours les bons espaces pour faire des appels. Il a vraiment montré ses capacités en arrivant à Helsinki et a beaucoup progressé depuis. La première année où il est arrivé c’était un bon joueur qui marquait des buts à certains matchs mais la deuxième année il était fantastique. Il est resté quelque mois pour sa seconde année mais il a marqué à chaque match et à ce moment-là je pense qu’il était trop fort pour rester en Finlande. C’est pourquoi il est parti chez les Glasgow Rangers en Ecosse.


Morelos aime jouer de manière agressive en pressant la ligne défensive très haut sur le terrain


C’est vrai qu’il a une bonne connexion avec Ianis Hagi aujourd’hui aux Glasgow, et j’ai l’impression qu’il avait la même relation avec le japonais Atomu Tanaka à Helsinki. Pouvez-vous nous parler de cette relation spéciale entre un buteur et un milieu offensif ?


Tous les bons attaquants doivent avoir une bonne connexion avec un milieu à vocation offensive. Pour marquer des buts il faut, en général, des passes décisives. On voit beaucoup d’individualités dans le football aujourd’hui mais il ne faut pas oublier que c’est un sport d’équipe. C’est très important pour un attaquant d’avoir un milieu de terrain qui joue intelligemment. J’ai adoré entraîner Atomu Tanaka qui est un joueur très intelligent, pas très physique mais avec une vision et une compréhension du jeu remarquable et ces deux joueurs jouaient très bien ensemble.


C’est très important pour un attaquant d’avoir un milieu de terrain qui joue intelligemment


Vous avez aussi entraîné Joao Klauss à Helsinki qui aujourd’hui marque pour le Standard de Liège, que pouvez-vous nous dire sur le style de ce joueur ?


Oui en effet, c’est un tout autre type d’attaquant qu’Alfredo Morelos. Joao Klauss est un joueur plus complet qui va jouer plus bas pour être face à son adversaire. Il préfère mettre son adversaire en difficulté et profiter de cet avantage. Il ne court pas tant que ça avec la balle car il privilégie des combinaisons avec ses coéquipiers. Il est aussi très intelligent dans l’utilisation de son positionnement. Il ne fera pas de différence individuelles car ce n’est pas son style de jeu mais c’est un joueur d’équipe qui va beaucoup travailler sur le terrain. Finalement j’ai envie de dire qu’il joue presque comme un milieu de terrain. Il est le premier à faire le pressing, à être présent pour une transition en contre-attaque.


Joao Klauss privilégie des combinaisons avec ses coéquipiers


Vous avez été joueur, capitaine puis entraîneur à Helsinki, comment expliquez vous la progression du club depuis ces 10-15 dernières années ?


C’est clair que le club aujourd’hui est bien plus développé qu’il y a quelques années. Financièrement déjà, le club va très bien et s’est beaucoup développé de ce côté pour pouvoir être indépendant. Ils ont aussi amélioré leur centre de formation. Ils ont réussi à mettre les ressources qu’ils avaient à disposition dans les bonnes infrastructures afin de devenir un club majeur du pays. Il y un écart qui se fait de plus en plus ressentir dans le championnat d’ailleurs.


Quelle est la relation entre Helsinki et Makku Kanerva qui est sélectionneur de la Finlande sachant que vous avez joué avec lui ? Quelle est sa mentalité et son approche pour améliorer le football F

finlandais ?


C’est vrai qu’on a beaucoup joué ensemble, notamment en Champion’s League en 1998-1999. Après nos carrières de joueurs, j’ai été entraîneur en club et lui en sélection alors nos chemins sont différents mais en l’observant je trouve qu’il a fait un travail fantastique avec la sélection. Il s’est concentré sur la partie défensive de son équipe particulièrement, puis plus tard il a développé l’attaque de la sélection. Il a su parfaitement adapter le style de jeu de l’équipe par rapport à leurs forces et faiblesses. Il a fabriqué une équipe unique qui n’est pas composée de star mais d’un groupe de joueurs qui est prêt à travailler les uns pour les autres. C’est un entraîneur qui a une philosophie particulière aussi, il favorise le poste de gardien et de buteur. Il a la chance d’avoir Lukáš Hrádecký, le gardien du Bayer Leverkusen qui est un gardien de classe mondiale et Teemu Pukki qui est très performant en sélection et il s’appuis sur ces 2 joueurs pour former le reste de son équipe.


Kanerva a fabriqué un groupe de joueurs qui est prêt à travailler les uns pour les autres


Est-ce que vous pouvez me parler de votre but en tant que capitaine à Helsinki contre le Benfica de Michel Preud’homme en Champion’s League ?


Oui je me rappelle bien de ce but. J’ai aussi mis un penalty contre lui au match retour. J’ai très bien joué ces matchs de poules contre le PSV aussi qui était une bonne équipe. C’était très important pour moi de marquer dans un match aussi important et en plus devant les fans.


Vous avez effectivement joué contre Van Nistelrooy qui était au PSV à cette époque, en avez-vous parlé avec vos coéquipiers à la fin du match pour dire que ce joueur était fantastique ?


Oui on a parlé je m’en rappelle bien. Il avait marqué un triplé contre nous. Chacun de ses ballons était très dangereux, on n’arrivait pas à le prendre au marquage. Le PSV était sûrement plus fort que nous dans beaucoup de domaines mais Ruud a fait toute la différence lors de nos matchs.


Que pensez vous des ex top joueurs de certains clubs qui intègrent ensuite le staff de l’équipe ? 


Oui je pense que c’est important. Mais la personnalité et les compétences des personnes sont aussi très importantes. La culture d’un club n’est pas suffisante pour prétendre à un rôle au sein de celui-ci. Le futur du club est aussi important et il faut être intelligent et savoir coacher ou d’autres compétences de management.


La culture d’un club n’est pas suffisante pour prétendre à un rôle au sein de celui-ci


J’entends en fond que vous êtes sur un terrain de foot actuellement, que faites-vous aujourd’hui ? Entrainez- vous un club ?


Oui en effet. Je suis assis à côté d’un terrain et je suis coach, je m’occupe du développement de jeunes joueurs d’environ 16 à 19 ans dans un club norvégien, Kongsvinger.


C’est très difficile de prévoir l’avenir mais effectivement Simon Marklund a un bon niveau de jeu


Vous devez vous occupez d’un jeune joueur prometteur qui s’appelle Simon Marklund n’est-ce pas ?


Oui, il est devant moi. C’est très difficile de prévoir l’avenir mais effectivement il a un bon niveau de jeu. Il est meneur de jeu avancé avec de très bonnes capacités de dribbles et de passes mais il doit savoir encore mieux utiliser ses compétences au service de l’équipe. Il manque aussi encore un peu de motivation pour les phases défensives. Il n’est pas encore prêt mais débute tout juste sa carrière professionnelle, il faut lui laisser du temps.

  • 1724 vues
  • 0 commentaires

L'auteur

Jean-Aurel Chazeau

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

@J_AurelChz | jeanaurelchazeau.com

Voir les articles