Blocker notice

Dave McDonough : "Ce qu'a fait Houllier avec Liverpool est grandiose"

Le 24 12 2020 à 13h37

Il est l'un des premiers analystes vidéo du football. Il est passé par les plus grands clubs ayant connus les plus grands managers. Dave McDonough évoque les changements profonds que la vidéo a apporté dans le football

Dave McDonough a été analyste en chef dans les clubs les plus prestigieux tels que Liverpool, l’Inter Milan et Valence. Tour à tour, il a construit les cellules vidéos de ces monuments du football européen à une époque où Billy Beane était encore un extraterrestre. 

Aujourd’hui manager du NK Radomlje, leader de la deuxième division slovène actuellement arrêtée, il évoque sa vision du football et en profite pour rendre hommage à Gérard Houllier. 


Dave, comment êtes-vous arrivé à Radomlje ? 

C’est amusant en effet. C’est lors d’un camp organisé par Liverpool que je suis venu ici. En effet, je devais gérer ce stage et nous avions choisi les installations du club de Radomlje. J’ai sympathisé avec le président du club, nous partagions la même vision du football et il a insisté pour que je devienne le manager du club. Mais entre temps, Manuel Pellegrini m’a contacté pour que je le rejoigne au Hebei China Fortune Football mais j’avais promis que je reviendrai, c’est ce qui s’est passé. 


Manuel Pellegrini m’a contacté pour que je le rejoigne au Hebei China Fortune Football mais j’avais promis que je reviendrai


Comment se fait-ce que le club soit en deuxième division ? 

En réalité, nous aurions dû monter mais le covid-19 a tout arrêté. Nous comptons bien réitérer l’exploit et intégrer l’élite la saison prochaine. Pour l’instant, nous sommes premiers mais Krka a des moyens financiers beaucoup plus développés que nous. 


Vous avez un joueur atypique avec Sasa Varga, pourriez-vous me parler de lui ? 

Sasa est un très bon joueur qui nous aide beaucoup sur le front de l’attaque. Cela a été compliqué car il est parti à Belgrade et finalement il est revenu. Tant mieux pour nous car il pèse beaucoup sur les défenses par son gabarit. Je souhaitais le mettre en valeur dans mon onze et pour moi, il a vraiment la possibilité de pouvoir jouer à très haut niveau dans un championnat plus huppé qu’en Slovénie. 


J’ai donc décidé de jouer avec une équipe compacte et une défense bien alignée


Quels sont vos principes de jeu ? 

Ce fut compliqué car l’équipe a fait le yoyo entre la première division et la seconde avec des managements différents. Il ne faut pas oublier que tu es en Slovénie et que par conséquent, c’est un cran en dessous que l’Espagne, l’Italie ou l’Angleterre par exemple. Ma stratégie était de faire avec les moyens du bord en étant pragmatique. J’ai donc décidé de jouer avec une équipe compacte et une défense bien alignée car je savais que mes joueurs ne seraient pas en capacité de presser 90 minutes. 


En quoi votre expérience d’analyste fait-elle de vous un meilleur coach ? 

Je ne vois pas comment aujourd’hui un entraîneur peut simplement s’asseoir sur un banc et donner ses directives. Quand j’étais à Liverpool, il fait savoir que j’étais un peu le couteau suisse du club. Au début, j’étais entraîneur à l’Academy et puis ensuite scout pour le club, c’est Rafa Benitez qui m’a demandé de produire des vidéos précises de phases de jeu et nous avons décliné le concept pour toutes les divisions du sportif, jusqu’au recrutement. À l’époque, cela était embryonnaire. Désormais, je ne vois pas comment je pourrais bien faire mon travail sans cet outil formidable. 


C’est Rafa Benitez qui m’a demandé de produire des vidéos précises de phases de jeu


Pensez-vous qu’un club professionnel doit investir massivement sur la vidéo dans son process de recrutement ? 

Oui bien évidemment. J’ai intégré West Bromwich Albion après mon passage à Valence durant un an et demi où j’ai créé leur cellule vidéo orientée presque exclusivement sur le recrutement car selon moi, ils n’utilisaient pas les bonnes méthodes avant. Nous faisions aussi de la performance mais il y avait tous les jours au moins deux personnes qui faisaient de la recherche et qui collectaient des données sur des joueurs du monde entier. Ensuite, il faut retravailler cela et les intégrer dans une base de données lisible et accessible. C’est comme une banque que l’on bâtit. Il faut une méthode et des moyens pour qu’elle grandisse et soit utilisable. 


J’ai créé la cellule vidéo de West Brom orientée presque exclusivement sur le recrutement


Pensez-vous que la vidéo peut réellement permettre à un joueur de progresser durant les entraînements ? 

Bien sûr, et quand nous avons commencé à mettre la vidéo pour nos équipes de treize ans, cela a été un choc. Nous avons décliné cela dans toutes les catégories très tôt finalement et cela est un relais de l’entraîneur. Parfois, les joueurs ne comprennent pas bien où tu veux en venir ou ce que tu attends d’eux visuellement. La vidéo permet d’être un outil supplémentaire dans la performance et permet de fluidifier le discours du manager. Aujourd’hui, je ne filme pas toutes les séances mais je fais faire des montages et des analogies entre les matches et les entraînements. Cela me permet de toucher le coeur des problèmes. 


La vidéo permet d’être un outil supplémentaire dans la performance et permet de fluidifier le discours du manager.


Avez-vous connu Eduardo Macia à Liverpool ? Comment travaillait-il ? 

Je me souviens l’avoir côtoyé en effet aux alentours des années 2006-07 il me semble. Il consommait en effet pas mal de vidéos mais tu dois savoir qu’analyste vidéo cela englobe pas mal de divisions. Tu as la division « performance » où tu pointes les axes d’amélioration des joueurs lors des entraînements, la division « matches et oppositions » où tu prépares la prochaine rencontre avec un oeil aiguisé sur ton adversaire et enfin, la division « recrutement » qui fait de la collecte de données selon les besoins du club. 


Macia consommait pas mal de vidéos à Liverpool


Alcantara a signé à Liverpool cet été, en quoi la vidéo a-t-elle influé sur sa venue ? 

Nous avons construit la cellule vidéo à Liverpool et nous étions peu nombreux à l’époque, mais déjà quand Fernando Torres est arrivé, nous savions exactement comment il allait s’intégrer à l’équipe et dans quel schéma avec quels joueurs autour de lui etc… Dès qu’il est arrivé, je te parle de ses toutes premières minutes au club, on m’avait demandé de lui faire une vidéo de cela et après sa signature, je lui ai transmise. Cela te montre combien, déjà, en 2007, nous pesions le maximum d’éléments pour faire en sorte d’en retirer de la performance. J’imagine qu’avec la cellule vidéo qui est désormais pléthorique, le profil de Alcantara a dû être disséqué sous tous les angles. 


Nous avons construit la cellule vidéo à Liverpool et nous étions peu nombreux à l’époque


Comment gère-t-on le recrutement en deuxième division slovène avec un petit budget ? 

En réalité le budget importe peu car la première des choses et de voir ce que tu as et quels sont les règles en vigueur. Par exemple, en deuxième division slovène, tu n’as droit qu’à un joueur extra-communautaire sur le terrain tandis qu’en première division, tu peux en aligner deux de plus, donc il faut anticiper si tu montes ou si tu descends. Le travail est finalement d’analyser les besoins que tu sois le Real Madrid ou un club de 6e division en Angleterre. L’idée est vraiment de s’adapter et d’avoir une vision cohérente par rapport au club où tu te trouves. 


En réalité le budget importe peu car la première des choses et de voir ce que tu as et quels sont les règles en vigueur.


Avez-vous un entraîneur français que vous appréciez particulièrement ? 

C’est une question difficile mais j’aime bien ce que fait Rudi Garcia à Lyon. J’avais d’ailleurs préparé le match en Ligue des Champions face à l’OL, il y a quelques années. Quand tu as mon expérience, tu vois vite la valeur d’un coach à sa manière de se comporter. Il n’a pas eu les résultats qu’il a obtenu s’il n’était pas qualifié. Il a gardé une belle aura en Italie et a atteint les 1/2 finales de Ligue des Champions, ce n’est pas rien. 


J’ai été très triste d’apprendre la disparition de Gérard Houllier qui était devenu un ami au fur et à mesure. Pour moi, il a fait rayonner la France à l’étranger et ce qu’il a fait à Liverpool est grandiose. Si Benitez a pu amener ses méthodes, c’est parce que Gérard avait bâti un socle solide sur lequel s’appuyer. C’est quelqu’un qui avait une compétence immense et qui comprenait parfaitement ce jeu. C’est une grande perte pour le football et pour moi, évidemment. 


Ce qu'a fait Houllier à Liverpool est grandiose


Connaissez-vous les Girondins de Bordeaux ? 

Je n’avais pas eu l’occasion de venir lorsque l’équipe avait rencontré Liverpool mais j’étais venu lors de la Coupe du monde en 1998. J’aimais l’implantation qu’avait le club dans la ville et ce stade magnifique. Pour moi, c’est un club qui attire même si je ne suis pas vraiment les performances. Il donne l’impression de rayonner. J’ai toujours eu de la sympathie pour Bordeaux. 


Bordeaux est un c’est un club qui attire


Bordeaux cherchait à développer sa cellule vidéo il y a quelques temps. Quelle est la bonne taille pour un club professionnel qui veut jouer le haut de tableau ? 

Pour moi, avoir deux analystes, c’est peu quand tu veux jouer le haut de tableau. Mais cela ne veut pas dire non plus que tu dois recruter massivement. Pour te donner un exemple, la saison dernière Manchester City avait six analystes pour récolter et décortiquer les matches. On parle d’un des plus gros budget mondial. Tu dois savoir organiser ta cellule. Au niveau du recrutement, c’est indispensable selon moi pour attirer et détecter les meilleurs joueurs sur la planète. Sans ça, tu navigues à vue. 


Avoir deux analystes, c’est peu quand tu veux jouer le haut de tableau.


Beaucoup de jeunes gens souhaitent devenir analyste vidéo. Comment fait-on pour le devenir ? 

Tu as l’Université de Liverpool qui dispense des cours là dedans et d’autres en Angleterre mais il n’y a pas de spécificité « football ». Selon moi, il faut d’abord parfaitement connaître le sport dans lequel tu veux devenir analyste vidéo avant de connaître les techniques de montage etc… Il faut « manger du terrain » pour savoir quoi capter. C’est un travail d’orfèvre. C’est pour cette raison que beaucoup de clubs forment en interne directement. 


Aujourd’hui, cela me paraitrait fou qu’un club ne se dote pas de ces outils


On parle beaucoup de Wyscout pour définir le métier d’analyste, qu’en pensez-vous ? 

Wyscout est indispensable pour tout département de recrutement mais pour moi, le leader qui d’ailleurs est la référence à Liverpool est Amisco. Tu peux vraiment tout faire avec ça. Wyscout est plus centré sur la détection et comme je te l’ai dit, l’analyse vidéo regroupe beaucoup de choses. Aujourd’hui, cela me paraitrait fou qu’un club ne se dote pas de ces outils car tu dois avoir les images immédiatement et cela te fait aussi économiser beaucoup d’argent et de fatigue en voyage. 


Quels sont vos objectifs maintenant avec Radomlje ?

Avec le covid-19, c’est difficile de se projeter mais l’idée est d’intégrer la première division et de stabiliser le club. Pour le reste, on verra. 


Merci Dave ! 







  • 915 vues
  • 0 commentaires

L'auteur

Jean-Aurel Chazeau

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

@J_AurelChz | jeanaurelchazeau.com

Voir les articles