Un canari au plat pays

Le 03 10 2018 à 06h45

Laurent Guyot, nouvel entraîneur du Cercle Brugge, surdoué de la formation à la française revient sur son nouveau défi belge.

Laurent Guyot, ancien directeur du centre de formation de Nantes et coach du Cercle Brugge a pris quelque minutes, en exclusivité, pour répondre à nos questions après le derby perdu contre le FC Bruges.


Bonjour Monsieur Guyot, merci de nous accorder ces quelque minutes de votre temps. Tout d'abord, félicitations pour votre nomination. Pourquoi ce choix du Cercle de Brugge et qu'est ce que ce club représente pour vous ?

Déjà, c'est un club très prestigieux, il y a une histoire. Tout le monde connaît ce club ! Il y a un projet de développement de jeunes très important avec l'AS Monaco et puis aussi retrouver un championnat de très haut niveau, c'est excitant.



Vous êtes liés à Monaco, est-ce un atout dans le fonctionnement du club ?

C'est sûr, avoir un potentiel comme Monaco en soutien, on sait qu'on a des joueurs de qualité, comme Tormin, Nardi ou Cardona, donc on sait que c'est un gros plus. Il faut aussi être capable de s'intégrer, de connaître les spécificités afin d'être au niveau, car c'est toujours la performance qui aura le dernier mot. Mais je reviens dessus, avant de vouloir amener quelque chose, on va bien étudier l'environnement, le fonctionnement du club, sa culture et c'est seulement après qu'on pourra bien aborder les matchs tout au long de la saison. A un moment donné, il y a des hommes qui sont là depuis un moment, et ce sera mon rôle de m'adapter au club.


"Monaco sera à l'affût sur le recrutement de jeunes (de Bordeaux)"


Quels sont vos objectifs pour la saison à venir ?

Aujourd'hui, l'objectif, il est clair, c'est de se maintenir dans le temps à ce niveau là et développer les joueurs à fort potentiel mais on sait qu'avec des jeunes joueurs, il va aussi falloir que les plus anciens jouent leur rôle d'encadrement. L'objectif, je le répète est de rester en D1A.


Vous avez eu une expérience sur le continent Nord-Américain, et de plus en plus de talents partent là-bas, je pense notamment à Wilfrid Zahibo (Ajaccio, Valence CF) . Que pensez-vous de cette évolution de la MLS et quels sont leurs points forts ?

Ca a été très enrichissant, d'un point de vu culturel et organisationnel car Toronto est anglophone. Oui, ça a été un beau projet et c'est ce qui m'a décidé à partir. C'est très différent, et c'est bien de voir qu'il y a des clubs qui fonctionnent différemment.


Vous avez été directeur du centre de formation après être sorti major de votre promotion diplômante. Ce poste aux multiples facettes semblent beaucoup plus difficile humainement qu'être entraîneur d'une équipe une. Est-ce selon vous le cas ?

C'est simple, lorsque j'étais à la formation au FC Nantes, il n'y avait pratiquement pas d'objectif de résultat mais humain. Nous formions des jeunes hommes. Lorsque vous êtes à la tête d'une équipe une, le résultat uniquement fait foi.


"Je suis admiratif que des clubs comme [Bordeaux] maintiennent un niveau de résultats sur autant de saisons."


Nous sommes implantés à Bordeaux, et forcément, quel est votre avis sur la formation Bordelaise. Est-ce un centre de formation attrayant pour vous ? Avez-vous des joueurs qui vous intéresseraient ?

J'ai pas eu le temps de m'y pencher mais on sera à l'affût, ou du moins Monaco qui sont sur pas mal de choses sur le recrutement de jeunes. Je ne les ai pas moi personnellement dans mon radar, je n'ai pas eu le temps de le faire.


Les Girondins, qu'est ce que cela vous évoque ?

C'est un grand club et j'ai été déçu quand il se sont séparés de mon ami Jocelyn Gourvennec, Ce sont des clubs qui auront et doivent avoir toujours de bons résultats. Je suis admiratif que des clubs comme ça maintiennent un niveau de résultats sur autant de saisons.


En France, on regarde les championnats Belges avec un peu de condescendance alors que le palmarès européen en club est plus important que chez nous. Qu'en pensez-vous ?

Il faut demander à ce qui en ont. Moi, ce n'est pas mon cas, bien au contraire.


Qu'avez-vous envie de dire aux fans du Cercle Brugge

C'est un contexte exceptionnel, on a la chance d'avoir le Cercle au plus haut niveau, Monaco est là derrière en soutien, et c'est une chance. On va faire en sorte que le Cercle Brugge se maintiennent en D1A le plus longtemps possible.


Merci à M.Guyot et à Louis-Philippe


Pour + d'exclus, ABONNEZ-VOUS à notre chaîne YOUTUBE !





  • 141 vues
  • 0 commentaires

L'auteur

Jean-Aurel Chazeau

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

Voir les articles

Cet article n'a pas encore de commentaire. Soyez le premier à le commenter !