Standard de Liège : Zié Diabaté, un éléphant rouge à Sclessin

Le 05 02 2019 à 11h34

Pour ce clasico belge, Zié Diabaté a accepté de répondre à nos questions

Zié Diabaté fait partie de ces joueurs qui ont connu le Clasico entre le Standard et Anderlecht en Belgique. International ivoirien, il a connu l’une des meilleures équipes du Standard de ces dernières années. Pour Leero Sport News, il revient sur ce club mythique sans oublier les Girondins de Bordeaux.


ABONNEZ-VOUS à notre chaîne YOUTUBE pour ne rien manquer de la Jupiler Pro League et des Girondins de Bordeaux


Bonjour M.Diabaté, merci d’avoir répondu à notre invitation. Ce week end s’est déroulé le Clasico du championnat belge. Pourriez-vous nous parler de ce match particulier ? 

Standard-Anderlecht, c’est un match très spécial en Belgique. J’ai eu la chance de connaître l’ambiance de Sclessin et ces supporteurs qui chantent du début à la fin sans jamais lâcher l’équipe. Je crois que ça a été l’une des plus belles ambiances dans lesquelles j’ai joué. J’aurais aimé continuer avec le Standard mais malgré nos bonnes performances et une grosse équipe, j’ai dû quitter cette magnifique institution dans laquelle je ne garde que des bons souvenirs. 




Pourriez-vous nous parler de l’équipe et de ce coach emblématique qu’est Mircea Rednic ? 

Mircea est comme un père pour moi, il m’a tout donné et a tout fait pour que je sois dans les meilleures dispositions possibles. Ce serait fantastique de pouvoir retravailler avec lui, s’il m’appelle, j’y vais demain. Concernant l’équipe, tu sais il y avait du lourd. Avec Batshuayi devant qui était entrain de prendre la dimension du footballeur international qu’il est. Ezequiel plantait but sur but et je pensais qu’il allait atterrir dans un top club après. Tu m’as parlé de William Vainqueur et son arrivée à Monaco, déjà au Standard, il était très important et rien ne passait avec lui. Un poumon. Ciman tenait la baraque derrière, il fallait voir ça. Et puis Fred’ Bulot aussi que je n’oublie pas bien sûr. Mais il faudrait, citer toute l’équipe ! Je crois qu’on finit quatrième, c’était une très belle saison pour moi. 



Quelle est votre situation actuelle ? 

J’ai pris une licence au FC Chauray en N3. Ça va me permettre d’aider l’équipe avec mon expérience et puis, personnellement, je n’ai pas encore trouvé de club pro mais je suis à l’écoute. Je pense sincèrement que je peux encore apporter énormément sur le terrain et en dehors. Je mets toutes les chances de mon côté pour rebondir vite. 



Nous sommes à Bordeaux, que pensez-vous des Girondins ? 

J’ai vu qu’ils ont été racheté par des Américains, on va maintenant voir ce qu’ils vont faire avec le club mais il faut toujours rester positif. C’est le football, les choses vont vite et les institutions restent. J’ai connu Younousse Sankharé à Dijon qui porte actuellement vos couleurs. Il était déjà un sacré leader là-bas. J’ai adoré côtoyer ce joueur. Je lui passe le bonjour d’ailleurs. 



Que peut-on vous souhaiter pour l’avenir ? 

De trouver un club professionnel et de continuer à m’épanouir au travers de ce sport extraordinaire qu’est le football. Merci à tous les supporteurs qui ne m’ont pas oublié. J’espère encore donner de belles émotions et personnellement prendre énormément de plaisir sur le pré.


Merci M.Diabaté !

  • 555 vues
  • 0 commentaires

L'auteur

Jean-Aurel Chazeau

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

@J_AurelChz | jeanaurelchazeau.com

Voir les articles

Cet article n'a pas encore de commentaire. Soyez le premier à le commenter !