FC Girondins de Bordeaux : Josh Maja héritier de Defoe

Le 25 01 2019 à 22h30

Craig Johns nous éclaire sur le transfert de la pépite de Sunderland vers Bordeaux

Craig Johns est journaliste pour le ChronicleLive et animateur radio dédié à l’actualité du club de Sunderland AFC. Il est spécialiste du football du Nord Est de l’Angleterre, impossible de ne pas s’adresser à lui pour en savoir plus sur Josh Maja. 


ABONNEZ-VOUS à notre chaîne Youtube pour avoir + d'exclus !


Salut Craig, peux-tu nous parler de Josh Maja ? 

Bien, il est très très jeune mais il a déjà montré tellement de maturité pour l’équipe de Sunderland cette saison. A un moment, il était le seul attaquant en forme et compétitif quand le club a été relégué en mettant quand même pas loin de quinze buts. Globalement, son jeu est à épurer, il est très généreux et donc parfois brouillon. Mais c’est ce genre de joueur racé qui peut te faire basculer un match à lui tout seul sur une touche de balle. Si tu lui donnes l’occasion de marquer, il va pas tergiverser devant le but et transformer l’essai. Sortant du centre de formation, Josh a baigné avec un bon environnement en regardant les exploits de Jermain Defoe (désormais aux Rangers) et a beaucoup appris de lui. D’ailleurs, tu peux voir qu’il y a pas mal de Defoe dans le jeu de Maja, particulièrement dans les phases où l’instinct rentre en jeu. Il donne toujours l’impression qu’il sait où se trouve le but et quel angle choisir pour marquer dans le bon tempo. C’est pas un mec qui fait énormément de courses pour rien mais il marque des buts quand tu lui donnes l’occasion et c’est ce qu’on demande à un buteur. Il a la capacité de faire des hold up et son jeu de surface s’est réellement amélioré cette saison. 


Que penses-tu du transfert vers Bordeaux ? Cela semble traîner …

Je dois t’avouer que j’ai été un peu dégoûté de le voir partir. Mais c’est indéniable que Bordeaux est un cran supérieur pour lui par rapport à Sunderland et ça me déprime d’ailleurs. C’était un joueur qui attirait les plus grands clubs de Premier League mais Bordeaux a été plus convaincant et je pense que le risque est calculé pour lui d’aller chez vous, il a besoin d’enchaîner les matchs de haut niveau paisiblement. Il avait une place importante dans le plan pour retrouver la première division et le coach, Jack Ross comptait sur lui. Mais, maintenant, il va venir chez vous en France, découvrir un nouveau championnat, un nouveau coach, des nouveaux coéquipiers et bien sûr une nouvelle culture. C’est beaucoup selon moi pour un gamin de 20 ans et j’espère qu’au delà de la jolie petite prime que son agent va prendre, il sait vraiment ce qu’il fait. Mais, seul son agent connaît la vérité. 


Il s’est passé des choses rocambolesques autour de Maja, notamment, avec un transfert avorté avec Tottenham. Tu peux nous en dire plus ?

Pas mal de rumeurs effectivement voyaient Tottenham très intéressé par le joueur mais il n’y a soit disant jamais eu d’offre officielle. En fait, et en dépit de ce que dit l’agent de Maja, le seul contact officiel est celui de Bordeaux. A mon avis, les autres rumeurs ont été fondées par son agent pour faire grimper le prix. 


Il y avait tout de même pas mal de clubs sur lui, pourquoi venir à Bordeaux en France ? 

Je te l’ai dit, Bordeaux était la seule approche officielle. Son contrat se termine l’été prochain et c’est tout normalement que les clubs se sont intéressés à lui. Mais Bordeaux n’a pas tergiversé et vraiment montré sa volonté de le signer tout de suite ce qui a tué toute concurrence. L’agent de Maja détient le record pour exporter les jeunes Anglais hors de notre île. Tu en as un exemple avec Jadon Sancho à Dortmund et il a essayé de faire la même avec Callum Hudson-Odoi au Bayern Munich.


 


Que pensent les fans de Sunderland de ce départ ? 

Je pense qu’il ressente la même chose que moi : ils sont dégoûtés. C’est un joueur qu’on a chouchouté, qu’on a préservé d’autres gros clubs en Angleterre, qu’on a formé et à qui nous avons donné des responsabilités. Oui, Sunderland traverse une mauvaise passe mais depuis quelque temps, c’était cohérent. La direction voulait vraiment faire de Josh Maja son étendard pour faire remonter le club en Premier League. Il devait être le héros du club, la déception est d’autant plus grande. D’autant plus qu’il a clairement dit au club qu’il voulait rester et par derrière, il a orchestré son départ. 


On parle de 4 millions d’euros, est-ce un bon montant pour le club ? 

Oui, c’est une belle somme pour Sunderland. Même si en restant plus longtemps il aurait pris de la valeur mais le club n’a pas pu dire non. Il n’avait pas l’intention de prolonger avec le club et si le club n’avait pas accepté, Sunderland aurait seulement reçu 300k livres en compensation. Cette somme sera réinvestie par le club pour signer deux attaquants et mettre de l’argent de côté. 


Est-ce une fierté de voir un joueur du club partir à l’étranger ? 

Je ne pense pas que c’est ce que pensent les fans. Je pense que Sancho est adulé pour ce qu’il fait avec Dortmund parce qu’il a su rebondir après un passage à vide à Manchester City. On pourrait dire que c’est forcément mieux pour Maja de quitter la troisième division anglaise pour rejoindre un top championnat mais il était titulaire et il quitte le navire à mi-saison…tu vois le tableau ? Tout le monde ici l’avait imaginé aider le club à remonter en Premier League, jouer les premiers rôles et ensuite quitter le club pour une grosse somme. Là, oui, ça aurait été une fierté. Il y a juste de l’amertume et de la colère. 




Comment le président de Sunderland a-t-il justifié ce transfert ? 

Notre président Stewart Donald a été particulièrement silencieux depuis qu’on a découvert qu’il partait à Bordeaux. D’ordinaire, il est omniprésent sur Twitter mais cela fait 5 jours qu’on ne l’entend plus sûrement très occupé à remplacer Maja. Au-delà de ça, Donald avait clairement insisté que Maja resterait au club et qu’il mettait tout en oeuvre pour conclure un nouveau contrat rapidement. Mais il faut vivre dans le présent, respecter la décision de Maja et aller de l’avant en le remplaçant. 


Khazri a aussi joué pour le club, quels souvenirs a-t-il laissé ici ? 

Wahbi Khazri était je pense ce qu’on peut appeler un mec hors norme. Un joyau qui donnait galette sur galette mais avec du déchet aussi. Quand Khazri nous a rejoint avec Allardyce en janvier, on se battait pour le maintien en Premier League. Ce mois de janvier, nous avions recruté Khazri, Lamine Kone, Jan Kirchhoff and Dame Ndoye. Et puis, Ndoye est passé à côté mais les 3 autres nous ont fait un bien fou dans la bataille pour le maintien. Khazri amena sa créativité et son rôle de composition en marquant aussi un but mémorable contre Chelsea ce qui est gravé dans les mémoires des fans ici. Mais à l’été Allardyce a quitté le club pour sa malheureuse expérience avec l’Angleterre et David Moyes débarqua et très vite, l’entente a été désastreuse avec Khazri. Moyes n’a jamais digéré les écarts alimentaires du Tunisien et l’a rapidement mis de côté. Ce fut l’année de la relégation pour nous. Les fans étaient écoeurés de voir un tel joueur sur le banc. Simon Grayson qui a pris l’équipe lors de la relégation avait la même vision concernant Khazri et l’écarta du groupe aussi. Ce que je peux dire, un super joueur mais une attitude déplorable quand les choses ont commencé à se compliquer. Garder un joueur comme cela était un luxe que ne pouvait s’offrir le club. 



Gustavo Poyet est aussi passé par votre club. Quel héritage a-t-il laissé ? 

Les gens sont partagés sur le passage de Gustavo Poyet mais la plupart des avis sont positifs. Il a ramené le club en Premier League ce qui fut un miracle et aussi nous a amené en finale de Coupe de la Ligue, ce qui apporta énormément de joie aux fans qui ont passé une journée formidable à Wembley. Il a aussi permis au club de battre trois fois notre rival Newcastle ce qui la pire série pour eux. Et puis, il ne supportait pas être dépendant des directives au niveau des transferts d’un directeur du football. Les signatures ne lui convenaient pas et il quitta le club à deux doigts de la relégation et ce fut à Dick Avocat de sauver le club. Poyet a subi la loi de l’entraîneur fusible quand les résultats ne sont pas bons alors qu’il avait du coeur et qu’il faut bâtir une vraie politique sportive sur du long terme pour stabiliser un club. Ce qui explique qu’il n’y a jamais eu de réelle identité de jeu à Sunderland. Poyet est le dernier à avoir tenté de créer une identité mais l’équipe manquait de qualité pour afficher le jeu escompté particulièrement sur la deuxième partie de saison juste avant qu’il ne soit remercié.