Aiglon dans le sang

Le 28 10 2018 à 13h05

Pour la réception de Nice, qui mieux que Alexy Bosetti pour nous parler de l'OGC Nice ?

Il a été le petit prince de l'OGC Nice durant des saisons, amoureux épidermique de son club, Alexy Bosetti évolue aujourd'hui à Laval où il s'épanouit avec toujours le soleil du Sud-Est qui brille dans son coeur. Entretien.



Salut Alexy, après Nice, tu signes à Laval en National 1. Comment cela se fait-ce ?

Je n'ai pas joué dans ma dernière année à Nice, après c'est compliqué de trouver un club. Et puis à Laval, il y avait Scaramozzino et mon ancien directeur de centre de formation, des installations neuves. Je suis très reconnaissant du club car pour dire la vérité, j'avais pas forcément de contact en Ligue 1 ou Ligue 2. Arrivé fin août, la meilleure décision, c'était Laval. Avec le coach à Laval, on est très proche, on discute beaucoup et ça compte pour moi.


"Laslandes, franchement, c'était vraiment un top joueur à l'époque"


Comme tu le sais, nous sommes à Bordeaux. Que penses-tu de la ville et de l'équipe ?

Mon beau frère joue à Lège Cap Ferret mais je ne vais pas souvent à Bordeaux. On était venu à Mont de Marsan avec la CFA de Nice et puis on était allé au Light Club après (rires). Mais aussi, je connais bien Youssouf Sabaly qui a fait une belle Coupe du Monde. Mais bon, jouer à Bordeaux, jamais de la vie. C'est compliqué. Jouer en Italie par contre, ça me tenterait bien. Je vais souvent voir jouer l'Inter, je me régale. J'ai failli signer à Frosinone mais ça ne s'est pas fait …




Tu es un personnage et pur produit de l'OGC Nice, peux-tu nous parler du club ?

Pour moi, c'est normal d'aimer le club de la ville où je suis né mais sache que c'est dur d'aller dans le centre de formation de ta ville, c'est de plus en plus rare d'y percer en tout cas. J'ai eu la chance de jouer la dernière année du Stade du Ray. J'ai fait toute la saison et puis j'ai eu la chance de marquer pour le premier match à l'Allianz, je ne pourrai jamais oublier ça. Mon seul regret est de ne pas avoir marqué au Stade du Ray. Aujourd'hui, le club a pris une autre dimension même si ça va être compliqué cette saison...il y a quand même plus de moyens. Lucien Favre, la dernière année, c'était compliqué notamment car j'étais blessé. Je suis parti de Nice la tête haute en ayant contribué au sauvetage de la réserve. J'ai toujours donné tout ce que j'avais. Nice rentre dans une nouvelle ère et il m'ont clairement dit qu'il ne comptait plus sur moi et je le respecte car je serai toujours supporteur du club et ça ne changera pas.


"J'aimerais que Nice gagne mais dans la configuration actuelle...Au mieux un match nul et au pire une défaite."


Tu as connu Claude Puel qui avait failli venir à Bordeaux, un mot sur le bonhomme ?

C'est un super coach, il donne sa chance aux jeunes, à l'entraînement il est à fond, il participait avec nous. C'est le coach qu'il fallait à Nice à ce moment. Ce qu'il a réussi à faire avec l'effectif qu'on avait, c'est exceptionnel.


Tu as aussi croisé Paul Baysse, notre surfeur bordelais !

Ouais (rires), il connaît Scaramozzino de Sedan. Je l'ai connu à Nice, une super personne et je me suis très bien entendu avec lui. Tu ne peux dire que du bien de Paul. Même quand je jouais moins, il était toujours là pour moi. C'est vraiment un bonne personne.


L'OGC Nice et les Girondins de Bordeaux ont des points communs avec David Bellion, Lilian Laslandes...

Laslandes, franchement, c'était vraiment un top joueur à l'époque. Il représentait vraiment Nice. Il a aimé notre club je pense. Un jour il a donné un coup d'envoi, j'ai eu la chance de le rencontrer...c'était vraiment un grand plaisir. Il avait marqué des buts importants. Que des bons souvenirs. Bellion, j'ai moins connu...



Tu as remporté la coupe du monde U20 avec une grande génération. Une fierté, j'imagine ?

Ouais bien sûr, mais Kondogbia m'enlève le but en finale ! (rires) On avait une équipe de fou ! Même l'année d'avant on perd en demi de l'Euro mais on doit gagner 100 fois. Ce n'était pas des grandes stars comme aujourd'hui, mais j'ai eu la chance de jouer avec ces gens là. Je savais que j'étais inférieur à ces gens là, mais j'y suis toujours allé en me disant que c'était une superbe opportunité et je n'ai que des bons souvenirs.



Un pronostic pour Bordeaux-Nice ?

Bordeaux, j'ai eu de la chance, j'ai marqué à Chaban et à Nice et les deux fois on n'a pas gagné. Nice m'inquiète un peu cette saison. Bordeaux, j'adore De Preville, je suis vraiment fan. J'aimerais que Nice gagne mais dans la configuration actuelle...Au mieux un match nul et au pire une défaite.


Que penses-tu de Patrick Vieira ?

J'étais fan de Lucien Favre donc j'étais triste de le voir partir. Vieira fait avec ce qu'il a et là..il n'a pas non plus trop le choix. Il y a Mario qui a du mal à se remettre de son été. Après Saint Maximin et Maolida ont des soucis d'efficacité..Vieira a la chance qu'on laisse le temps aux entraîneurs. Le président est réglo et professionnel et il aura le temps de mettre en place ses choix.


Que peut-on te souhaiter ?

Dans 2 semaines, j'espère être dans le groupe et puis remonter en Ligue 2 avec Laval. Nous avons tous les atouts pour le faire.


Merci Alexy !  


Pour + d'exclus, ABONNEZ-VOUS à notre chaîne YOUTUBE ! (cliquez sur le texte)

  • 572 vues
  • 0 commentaires

L'auteur

Jean-Aurel Chazeau

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

Voir les articles

Cet article n'a pas encore de commentaire. Soyez le premier à le commenter !