Morten Karlsen "Bordeaux serait une étape idéale dans l'évolution de Andreas Skov Olsen"

Le 24 06 2019 à 19h43

En exclusivité pour Leero Sport News, Morten Kalsen entraîneur de HB Koge revient pour nous sur l'évolution du football danois et son poulain, Andreas Skov Olsen qui affole l'Europe.

Morten Karlsen, entraîneur de HB Koge en deuxième division danoise nous a accordé un peu de temps pour évoquer son club, l’Euro Espoir mais aussi le très talentueux Adreas Skov Olsen qu’il a révélé à Nordsjaelland. 



Bonjour Morten, merci de nous accorder un peu de votre temps. Vous êtes entraîneur de HB Koge, pouvez-vous nous parler de ce club ? 

C’est un club que je connais bien pour y avoir fini ma carrière avec le monde professionnel. Le directeur sportif que j’ai connu est toujours là, c’est le même club mais pas mal de choses ont changé bien sûr. Notamment, l’approche du haut niveau avec tout ce que cela incombe. 



Pouvez-vous me parler de cette spécificité du football danois ? 

Pour pouvoir rivaliser avec les autres clubs européens, nous sommes obligés d’avoir des idées et d’être novateurs dans notre approche. Depuis les cinq, dix dernières années, on peut observer qu’il y a trois clubs qui maintenant sont passés maîtres dans le développement de talents et ce sont eux les locomotives du pays. 


Est-ce que les clubs danois entretiennent des rapports étroits avec la fédération ? 

Oui bien sûr, il y a notamment des accords avec l’entreprise « Doublepass » qui gère et analyse les données de joueurs afin de proposer des axes de développement ce qui est profitable pour le club mais aussi pour la fédération. C’est vrai aussi pour les entraîneurs, cela leur donne des clés pour varier leur coaching et la vision de leur équipe. Maintenant, tous les clubs au Danemark passe par cette institution. Au-delà des pros, cet outil est aussi utile pour le développement des jeunes. 



En quels systèmes et principes de jeu croyez-vous le plus ? 

Vous savez, j’ai joué en Hollande pendant deux années et j’ai adoré leur façon de comprendre le football. J’adore notamment leur façon d’aller de l’avant et comment ils arrivent à marquer des buts. J’adore que mon équipe aie la possession de balle et joue directement. Le 4-3-3 est mon système de jeu, c’est la base pour moi. 


Vous avez un sacré joueur dans votre équipe en la personne de Fredrick Yamoah Opoku. J’imagine qu’il fait l’objet de beaucoup de sollicitations. Est-ce difficile pour un club comme Koge de gérer le mercato estival ? 

Il a fait une super saison en effet, et quand vous avez des clubs plus huppés qui viennent taper à la porte c’est difficile à gérer notamment pour s’aligner sur le financier. Nous aurons aussi pas mal de mal à conserver Liam Jordan, notre super ailier qui vient de Nouvelle Zélande. Très virevoltant avec une grosse marge de progression. Nous allons devoir être malins car lorsque les grosses écuries débarquent, c’est difficile de retenir les joueurs. 



Le Danemark a plutôt fait bonne impression sur l’Euro Espoir avec quelque talents remarqués. Est-ce le symbole de cette école de football danoise?

Oui, bien sûr. Cela prouve que les staffs font du bon travail dans la post-formation et que les joueurs sont prêts à relever des défis internationaux plus huppés. Déjà en club, bon nombre de joueurs évoluent régulièrement dans le championnat danois, cela fait un sacré plus. L’enchaînement des matchs est capital dans le haut niveau pour performer. 


Parmi cette belle équipe danoise, Andreas Skov Olsen attire les lumières de toute l’Europe. Il se trouve que vous avez révélé le garçon avec les U19 du FC Nordsjaelland. Que pouvez-vous nous dire sur lui ? 

Oui, évidemment, c’est un joueur hors du commun et j’ai la chance de l’avoir eu sous mes ordres. C’est un fabuleux technicien qui va extrêmement vite. Il sait trouver les profondeurs pour centrer et aussi il sait dribbler pied droit comme pied gauche, nous avons d’ailleurs beaucoup travaillé ensemble sur ce dernier point. Pour moi, il y a quelque chose d’incroyable chez lui, c’est qu’il me paraît presque impossible pour l’adversaire de prédire quand et comment il peut finir une action et donc amorcer un tir pour marquer. En une fraction de seconde, il peut changer d’appui ou jouer un « une-deux » et déstabiliser une défense à lui seul. Même quand les défenseurs le fixent à quelque centimètres, il est capable d’aller trouver la puissance pour trouver un appui, un crochet et frapper avec puissance derrière. Pour moi, c’est un futur top player. 



On parle beaucoup de la Liga mais pensez-vous que Bordeaux pourrait-être une bonne étape intermédiaire dans son parcours ? 

Avec tout le respect que j’ai pour Bordeaux, ce club ne fait pas partie des cadors européen mais serait une étape idéale pour Andreas, car l’équipe évolue dans l’un des cinq meilleurs championnats au monde. Pour moi, il ne faut pas brûler les étapes. Un challenge comme Bordeaux est à portée de Andreas. 


Bordeaux joue en 3-4-3, est-ce un système de jeu que vous avez utilisé avec lui avec les U19 ? 

Oui, il a d’ailleurs appris sur ce système de jeu avec moi et ce, durant la saison d’après aussi. Il connaît donc très bien ce schéma. 


Jakob Friis Hansen a été embauché par le club de Bordeaux en tant que recruteur, quelle est sa réputation au Danemark ? 

Oui, il est très connu ici. Après sa carrière, il est passé agent, je crois. Il a très bonne réputation alors qu’il n’a pas joué tant que ça au pays et pour être honnête, je pense qu’il est encore plus connu dans les endroits où il est allé comme à Bordeaux par exemple. 


Qu’est ce qu’on peut vous souhaiter ? 

Pour moi, c’est important de rendre à Koge la confiance qu’ils m’ont accordé en étant le plus performant possible et puis dans l’avenir, j’aimerais aussi découvrir d’autres championnats comme la France par exemple. Vous pouvez donc me souhaiter de remporter un maximum de matchs et de trophées (rires).

Merci Morten ! 

  • 2225 vues
  • 0 commentaires

L'auteur

Jean-Aurel Chazeau

Fondateur Leero Sport News et juriste en herbe rêvant comme un gosse devant les passements de jambes de Roni, pense toujours qu'Edixon Perea aurait pu jouer dans un top club.

@J_AurelChz | jeanaurelchazeau.com

Voir les articles

Cet article n'a pas encore de commentaire. Soyez le premier à le commenter !